Des automates tweeteurs et dragueurs

19 / 11 / 2013 | Carvalho Jaime

Article de Ian Urbina publié dans The New York Times et dans Courrier International le 10 août 2013.

Résumé de l’article :
Le principal sujet de cet article repose sur les robots créés sur les ordinateurs pouvant se faire passer pour des Hommes.
On nous explique que cela existe pour de nombreuses raisons :

  • dans les salles de discussions en lignes, ils peuvent bannir des personnes ayant de mauvais comportements (vulgarité...) ;
  • parfois créés pour servir des fins mauvaises comme spammer des courriers électroniques présentant de fausses publicités afin d’arnaquer des personnes (ex : arnaques de travail à domicile ou produits pharmaceutiques illégaux).

De nos jours, il y en a même sur les réseaux sociaux ils peuvent reprendre des phrases trompant le public visé pour ce type d’information. Sur Twitter, en moyenne, seulement 35% des personnes suivant un compte sont des vraies personnes.
Ils fonctionnent en cycles veille-sommeil (c’est-à-dire qu’ils ne suivent pas tout le temps le même schéma répétitif) ce qui rend plus difficile à repérer leurs mensonges.
Ces robots peuvent avoir une influence néfaste avec des arguments qui touchent les personnes concernées (influencer les électeurs, orienter le cours de la Bourse, attaquer des gouvernements...).
Les robots sur les sites de rencontres incitent les internautes à envoyer de l’argent à des prétendants virtuels.

lien vers article dans le journal Courrier International

lien vers article dans le journal The New York Times